Un cœur de braise

mehrajanzayourabi3i4[1]

 

Un cœur de braise

 

  (En hommage à un jeune berger palestinien)

 

Qu’advint-il de cet innocent

De son visage tout gai tout rose

Qui s’en va dans les près chantant

Comme un rossignol qui dispose

De son ariette charmant les bois

Et qu’un sort harcelle par moment.

Il sommeille sans craindre les abois

Sa flûte aux flancs vibrant aux  vents.

S’oubliant dans un rêve profond

Sur l’asphalte, il berce son bel âge

De chaque rêve, il rédige mille pages

Quel artiste il est ! Quel talent !

Il cache dans sa mémoire d’enfant

Les sources où il puise l’insouciance

A travers champs, dans ses errances

Il incarne tous les rôles ardents.

D’un roi sur les remparts de Troie

Ou du héros Robin des bois.

Et ces mots pour compter fleurette

A la bergère, à l’alouette.

Souvent, pour s’amuser, l’enfant

Sans spectateur ni concurrent

Il lance des pierres d’un geste sûr

Fait des ricochets sur l’eau pur.

Et quand la faim s’abat sur lui

Il sort d’un sac où il enfouit

Un peu de beurre et du pain dur

Rien ne le dérange sous l’azur

Les croûtons beurrés, croustillants

Qu’il grignote maladroitement

Larguant les miettes aux grands gyrins

 Au rythme cool d’un orchestre ovin.

 Et tous ces ressacs et ces chants

Ces menus dieux s’estompent souvent

Sous les canons et bombes souveraines

Qui tonnent et puent la chair humaine.

 

 

                                         

Plume :  Abdel Hamid Elbadaoui

 

clip_image002

ترك الرد

Please enter your comment!
Please enter your name here

Optionally add an image (JPEG only)